Résistance

À propos des événements à Hong Kong

Umbrella RevolutionNos médias (les médias du capital, ne l’oublions pas !) adorent les manifestants hongkongais qui, par milliers prétendent-ils, brandissent des parapluies pour exiger la démocratie, la pure, la vraie, l’authentique !

Il paraît que le gouvernement chinois n’est pas d’accord. Il préférerait désigner lui-même les hommes qui dirigeront Hong Kong. Alors, qui a raison, les manifestants ou le gouvernement chinois ? Attention aux réponses un peu trop spontanées !

Nous qui avons l’expérience de cette démocratie dont rêvent, paraît-il, certains Hongkongais, on sait bien que celui qui gagne ce genre d’élection est celui qui a le soutien du capital : la presse lui passe la soupe tous les jours, les sondeurs expliquent qu’il est incontournable et les experts montrent que son programme est vraiment tout ce qu’il y a de plus raisonnable. En somme, le vainqueur est celui qui dispose de grosses sommes d’argent attribuées à sa campagne par ceux qui en disposent, et qui comptent avoir comme « élus » des gens qui prendront soin de leurs intérêts !

On l’a bien vu en France en 2007 lorsque la presse, les sondeurs et les experts ont largement contribué à promouvoir Nicolas Sarkozy. Les mêmes, en 2012, ont soutenu François Hollande ! On constate (comme c’est surprenant !) que l’un et l’autre mènent des politiques relevant de la même stratégie… en faveur du capital !

Dans le cas particulier de Hong Kong, on remarque que la méthode employée par les manifestants se rapproche des « révolutions orange » : une revendication soi-disant démocratique, un emblème simple à reconnaître (ici, les parapluies) et l’occupation permanente d’un lieu central.

Le gouvernement chinois et les Hongkongais ont bien repéré ce qui se tramait. La main étasunienne et britannique ne fait aucun doute ! Cette revendication « démocratique », si elle était effectivement mise en œuvre, aurait en effet comme conséquence à court terme de séparer Hong Kong de la Chine, et de revenir sur l’accord de rattachement de 1997.

Car si on parle auourd’hui de rattachement, c’est qu’il y avait auparavant séparation : pendant les guerres de l’opium au milieu du XIXème siècle, les puissances coloniales avaient obligé le gouvernement chinois de l’époque à concéder des territoires à leur profit exclusif, sous forme de bail de long terme. C’est ainsi que Hong Kong, territoire chinois, est devenu britannique. À l’époque, les Chinois ont parlé de « traités inégaux », dont fait partie le traité de Nankin.

Les Britanniques pensaient bien que Hong Kong leur appartenait toujours. Mais, au terme de ce long bail centenaire, le gouvernement chinois a fait valoir ses droits et signifié à la Grande-Bretagne qu’il ne serait pas renouvelé : Hong Kong allait redevenir une terre chinoise, gouvernée par la Chine.

La République populaire de Chine et le Parti communiste chinois avaient bien préparé l’affaire : pour convaincre les Britanniques de ne pas faire d’histoire et apaiser les craintes de l’économie hongkongaise, l’accord proposé se résumait en : « un pays, deux systèmes » (c’est d’ailleurs la même proposition que fait la Corée du Nord à la Corée du Sud depuis 1953 : « un pays, deux système »).

L’économie de Hong Kong relève donc d’un système capitaliste, sous contrôle de Pékin. Hong Kong n’est donc pas « un pays indépendant » : c’est une province chinoise, mais administrée de façon très spécifique.

Il est certain que la Chine n’envisage pas un instant de revenir en arrière. Les guerres de l’opium sont bel et bien terminées et Hong Kong restera à la Chine.

Le gouvernement chinois a donc expliqué que le futur gouverneur de Hong Kong sera élu par les habitants du territoire. Cependant, les candidats ne pourront pas être des hommes sous influence faisant campagne avec des financements étasuniens et britanniques : Pékin propose donc des candidats qui portent le principe simple, mais complexe : « un pays, deux systèmes »…

Ce type de filtre est-il légitime ? Oui, parce que le « laisser-faire » favorise de fait la fortune, l’argent de l’étranger anglo-saxon, et, dans le cas particulier de Hong Kong, aurait pour but une nouvelle séparation.

On aura remarqué que le gouvernement chinois traite l’affaire par la négociation et un usage prudent des forces de police. Mais il ne cède pas. L’humiliation des traités inégaux du XIXème  siècle n’est pas oubliée ! Aujourd’hui, la Chine a réglé les questions de frontières avec la plupart de ses voisins, en particulier la Russie. Reste la question de Taïwan et celles, en suspens, avec le Japon et le Vietnam.

Il y a là une tentative manifeste des États-Unis de déstabiliser la Chine. Il y en aura d’autres, soyons-en certains. N’accordons aucun crédit à ces manœuvres !

D.R.

Partagez cet article et suivez-nous !
RSS
Abonnez-vous (emails)
Facebook
Facebook
LinkedIn225
SOCIALICON
SOCIALICON

6 réflexions au sujet de « À propos des événements à Hong Kong »

  1. INTERVIEW MEDIAPART / Professeur Indien / ONU

     

    “A Hong Kong la désobéissance civile ne mènera à rien”

    23 octobre 2014 |  Par Guillaume Delacroix

    http://www.mediapart.fr/journal/international/231014/hong-kong-la-desobeissance-civile-ne-menera-rien?onglet=full

    L’ancienne colonie britannique a-t-elle vraiment besoin du modèle démocratique occidental ? « Non », répond Madhav Das Nalapat, titulaire de la chaire de la paix
    à l’Unesco et professeur d’université à Manipal (Inde). Pour cet expert de la géopolitique asiatique, France et États-Unis devraient arrêter de donner des leçons.

     

    Inde,
    de notre correspondant.- À en croire la presse officielle chinoise, les manifestations à Hong Kong sont en passe de s’achever. Pourtant, au moment même où le China
    Daily publiait en “une” un long article prétendant que la population applaudissait la police venue dégager certaines rues bloquées depuis plus de trois semaines, le mouvement des parapluies
    prenait une tournure violente. Durant cinq nuits d’affilée, les forces de l’ordre ont chargé les barricades, faisant plusieurs blessés. Mardi 21 octobre, les autorités ont finalement accepté de
    rencontrer les représentants de la Fédération des étudiants de Hong Kong, lesquels ne constituent qu’une petite partie des manifestants.

  2. US Openly Approves Hong Kong Chaos it Created

    By
    Tony
    Cartalucci

    Global Research, September 30, 2014

    Land Destroyer Report

    Region: Asia

    Theme: Police
    State & Civil Rights

    http://www.globalresearch.ca/us-openly-approves-hong-kong-chaos-it-created/5405387

     

     

    The “Occupy Central” protests in Hong Kong continue on – destabilizing the small southern Chinese island famous as an international hub for corporate-financier interests, and before
    that, the colonial ambitions of the British Empire. Those interests have been conspiring for years to peel the island away from Beijing after it was begrudgingly returned to China in the late
    1990′s, and use it as a springboard to further destabilize mainland China.

  3. Hong Kong Un virus sous le
    parapluieAhmed Bensaada

    | 17 octobre 2014

    http://www.michelcollon.info/Hong-Kong-un-virus-sous-le.html?lang=fr

     

    Le 3 février 2011, entre la chute de Ben Ali et l’imminence de celle de Moubarak, le sénateur américain John McCain fit une étonnante déclaration en pleine ébullition de la rue arabe :
    « Ce virus se répand à travers le Moyen-Orient » [1]. Il ne parlait pas du virus d’Ébola, ni d’une quelconque autre maladie hautement contagieuse, mais plutôt du fameux « printemps » arabe. Cette
    comparaison « épidémiologique » n’est, à vrai dire, aucunement fortuite de la part de ce spécialiste de l’« exportation » de la démocratie.

  4. Hong Kong sous les parapluies

    par Manlio Dinucci

    « L’ART DE LA GUERRE »

     

    Washington a débuté le plus vaste mouvement de déstabilisation de la Chine depuis la tentative de coup d’État pro-US de Zhao Ziyang (présentée en Occident comme le « mouvement
    démocratique » de Tienanmen). Sa cible est Hong Kong car ce territoire est le seul de Chine populaire accessible sans visa. Manlio Dinucci revient ici sur les grosses ficelles de la
    NED.

    RÉSEAU VOLTAIRE | ROME (ITALIE) | 7 OCTOBRE 2014 

    ITALIANO  ESPAÑOL  فارسى 

     

    http://www.voltairenet.org/article185527.html

  5. Clair parce que reflétant la vérité, votre article est excellent. Un grand merci à vous.

     Cela confirme mes soupçons  sur la “nocivité” pour la Chine et Hong-Kong de cette révolution de parapluies cornaquée par l’Oncle Sam et Cameron.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *