Résistance

Volkswagen : d’où vient la triche ?

Volkswagen : d’où vient la triche ?Selon les médias (ici 20 minutes), la triche de Volkswagen aurait pour origine quelques développeurs informatiques qui ont bricolé, sans rien dire à personne, ce logiciel tricheur qui aurait été installé sur des millions de véhicules. Un peu difficile à croire, mais pas pour Le Monde, qui a une drôle d’explication : la direction de Volkswagen ne savait rien, parce que personne ne lui avait rien dit en raison de la terreur qu’elle inspire (comme en Corée du Nord, selon Le Monde, qui n’est pas à une petite perfidie près).

Pourtant, il y a bien eu un bureau d’études de Volkswagen qui a imaginé un bon moteur ! Ces concepteurs l’ont conçu, testé, éprouvé, et comme les plans sont parvenus jusqu’aux ingénieurs de fabrication, ils devaient en être plutôt contents !

Des chaînes de montage ont ainsi été mises en place pour la production du moteur en question. La maîtrise a mis au travail les ouvriers de Volkswagen pour le montage, et en bout de chaîne, le moteur a été essayé et testé ! Et, de l’avis général, c’est un très bon moteur.

Bien sûr, les émissions de ce moteur dépassent toutes les normes des pays où les voitures seront vendues. Mais où est le problème selon Volkswagen ? Depuis quand des gouvernements vont imposer leurs normes à un groupe industriel qui fait de si bonnes automobiles ?

Cela rappelle l’AMI, l’Accord multilatéral sur l’investissement. Son but était d’indemniser les groupes industriels par les États si les lois sociales ou environnementales de ces derniers faisaient baisser la rentabilité de leur investissement. À l’époque, l’affaire avait capoté, personne ne voulant assumer le fait que des lois sociales pouvaient être conçues par des groupes industriels et non par des États. Cependant, le capital a toujours a l’esprit ce projet et l’affaire Volkswagen en est un exemple concret.

Le message de l’entreprise allemande aux États est en réalité très simple : « vous avez vos normes, nous avons les nôtres. Et vous pouvez toujours venir contrôler nos bagnoles, vous ne trouverez rien ! »

D’où ce petit logiciel qui détectait à quel moment la voiture passait un test d’émission. Le système se basait sur la position des roues, la vitesse du véhicule, les régimes moteur et la pression barométrique. Il comparaît ces données à des mesures spécifiques, propres aux tests d’émissions et connues de tous. Si les informations corroboraient, le module de contrôle électronique du véhicule (ECM) basculait sur un mode « clean », pour flouer les tests des agences environnementales.

Cela montre le mépris profond du constructeur à l’égard de la légalité. En Corée du Nord, des dirigeants industriels qui auraient si peu de respect pour la légalité iraient au-devant de gros soucis !

D.R.

Partagez cet article et suivez-nous !
RSS
Abonnez-vous (emails)
Facebook
Facebook
SHARE4
LinkedIn1
SOCIALICON
SOCIALICON

Une réflexion au sujet de « Volkswagen : d’où vient la triche ? »

  1. D’ailleurs d’autres journaux viennent de soulever le fait que la Commission Européenne était au courant et a laissé faire pendant deux ans. http://www.romandie.com/news/Volkswagen-lUE-etait-au-courant-du-truquage-des-moteurs-des-2013/642458.rom
    La Commission Européenne, fidèle a sa réputation puisque c’est aussi elle qui a fait les lois pour autoriser : sulfoxaflor, bisphenol A, Zesti Smoke, roundup, pas moins de 19 OGM supplémentaires cette année… au mépris des votes du Parlement Européen et du Conseil de l’Union (pour le mais transgénique TC1507 par exemple) et au mépris des études sanitaires de l’EFSA, que cette Commission avait elle meme commandée … Cette Commission, non élue, ayant le monopole de l’initiative législative (article 17 du TUE) est l’ennemi du citoyen. Un citoyen réduit à consommer de la m… produite par des entreprises qui délocalisent maintenant sans aucune retenues, puisque l’article 63 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne empèche l’Etat de demander des contres partis aux délocalisations. Enfin, ces traités ne sont pas renégociables puisque l’article 48 du TFUE impose l’unanimité des 28 pays membres pour cela, ce qui est impossible à obtenir en pratique. Evidement, complicité totale de tous les partis politiques Français de l’extreme gauche à l’extreme droite (FN compris donc), qui proposent tous “l’autre europe” sans proposer la sortie par l’article 50 du TUE, seule manière de ramener la démocratie. En France, seul l’UPR proposera cette mesure aux prochaines élections régionales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *