Résistance

Solidarité avec le PC polonais !

Samedi 27 janvier 2018, une bonne centaine de militants, communistes et/ou internationalistes, se sont retrouvés devant l’ambassade de Pologne à Paris à l’appel de plusieurs associations parmi lesquelles les Amis d’Édward Gierek, le Comité internationaliste pour la solidarité de classe, la fédération du Pas-de-Calais du Parti communiste français et le Pôle de renaissance communiste en France.

Malaise diplomatique face à la solidarité internationale

Sont également présents un représentant de la Coordination 59 et plusieurs militants du PCRF, des Polonais de Paris, une déléguée du PC polonais, le représentant d’un PC russe, un membre du CN du PCF à titre personnel, des JCF, une personnalité communiste indonésienne, un camarade communiste italien, ainsi qu’Annie Lacroix-Riz et Georges Gastaud, soulignant ainsi le caractère international de l’événement. Des rassemblements similaires ont d’ailleurs eu lieu à Berlin, Londres, Moscou, Leningrad, Madrid, Barcelone… Des manifestants s’étonnent toutefois de l’absence inexpliquée de certains signataires de l’appel aux autorités polonaises. En dépit de demandes répétées, Tomasz Młynarski, l’ambassadeur de Pologne à Paris, a refusé de recevoir une délégation en prétextant un agenda chargé – ce qui prouve le malaise actuel du corps diplomatique polonais sur la question… Rappelons que deux militants communistes risquent deux ans de prison pour avoir… écrit des articles où ils disaient du bien de la Pologne socialiste dans Brzask, la revue du KPP !

L’Union Européenne complice

Les slogans dénoncent le fascisant président polonais Kaczynski, mais aussi la complicité de l’Union européenne qui « bénit les fascistes et traque les communistes » en multipliant les poursuites contre les dirigeants et les journalistes communistes. Les interventions se succèdent pour dénoncer la diversion anticommuniste face à une situation économique désastreuse qui a transformé le pays   en réservoir de main-d’œuvre taillable et corvéable à merci, la chasse aux sorcières qui touche aussi la Hongrie, les pays baltes, l’Ukraine, la montée de l’autoritarisme en France même (4.300 militants poursuivis pour avoir lutté contre la loi Travail). Elles pointent la fascisation qui accompagne l’intégration supranationale de l’Union européenne néolibérale, et appellent à la nécessaire solidarité internationaliste de classe qui unit les communistes par-delà les frontières.

Ovation pour le KPP

Une ovation salue la représentante du KPP lorsqu’elle prend le mégaphone. « En Pologne, on se sent parfois bien seuls, envahis par l’anticommunisme et aux prises avec la démonisation de notre passé et de la Pologne populaire », commente-t-elle. « Je suis ravie de vous voir ici. C’est un grand espoir pour nous ». Et de rappeler que « ce procès est un élément clé des répressions contre la gauche révolutionnaire et communiste en Pologne. Cette accusation est le premier instrument afin d’interdire, de délégaliser le Parti communiste polonais et de criminaliser l’idée communiste ». Le rassemblement se conclut aux accents de l’Internationale et de la Varsovienne, l’un des chants de combat de la Révolution d’Octobre.

A bientôt MM. les diplomates polonais, qui avez courageusement préféré – sans doute au nom de l’antitotalitarisme et de l’amour du “pluralisme – fermer votre ambassade plutôt que d’engager le dialogue avec les Français qui ne pensent pas comme vous !

V.F

Partagez cet article et suivez-nous !
RSS
Abonnez-vous (emails)
Facebook
Facebook
SHARE1
LinkedIn225
SOCIALICON
SOCIALICON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *