5 meilleurs films de politique française

Il parait évident que la politique n’est pas le sujet de prédilection du cinéma français. Contrairement au cinéma américain qui a réussi à en faire un genre, on avancera que le cinéma français est bien trop timoré avec la politique. Une illustration de ce propos tient dans le nombre de films français ayant pour thème la guerre d’Algérie, comparé aux nombreux films américains sur la guerre du Vietnam. Un arbre cachant la forêt (Avoir vingt ans dans les Aurès) face à de trop nombreux films fustigeant le rôle des E.U au Vietnam.

Pour autant, il serait faux de dire qu’il n’y a pas de films français politiques. Dans cet article, nous allons tenter, sur une période de cinquante ans, de dénommer cinq films français touchant directement au thème de l Cinq films politiques français

La politique et le cinéma français

1) Le Président

Sorti en 1961, réalisé par Henri Verneuil avec Jean Gabin. Le film traite de la morale et de l’éthique en politique. C’est aussi une charge violente de la IV e République
parlementaire, où l’on dénonce la financiarisation de la politique. Les dialogues d’Audiard et le jeu de Gabin, au meilleur de leur forme. Les thèmes évoqués restent tout à fait d’actualité aujourd’hui.

2) Z

Sorti en 1969, réalisé par Costa Gavras. Critique de la Grèce des colonels. Le film raconte l’histoire d’un député d’opposition, dont l’assassinat est présenté comme un accident. Ambiance chaude et colorée, contrastant avec une rigueur machiavélique de la dictature militaire. Jean Louis Trintignant au mieux.

3) I comme Icare

Sorti en 1979, réalisé par Henri Verneuil avec Yves Montand. Un procureur enquête sur la mort d’un chef d’état et développe la thèse du complot. Fable politique sur la mort du président Kennedy. Remarquablement écrit par Didier Decoin inspiré et interprêté par un Montand sobre. Mise en scène grise et austère.

4) Quai d’Orsay

Comédie de Bertrand Tavernier sortie en 2013. C’est une satire de la bureaucratie des énarques, dénonçant le pouvoir relatif des hommes politiques. Bande dessinée en images, avec un Niels Arestrup étonnant de vérité en Directeur de cabinet. Humour et pastiche sont le crédo du réalisateur.

5) J’accuse

La dernière réalisation de Roman Polanski sortie en 2019. Le parti pris du réalisateur est de ne pas faire un film sur Dreyfus, mais sur la France de l’époque. Le film repose sur le personnage du colonel Piquard, anti-sémite affirmé, comme tant de français de ces années là. Banalisation du personnage principal, l’éclairage est posé sur l’armée, le gouvernement et la population. Merci Zola.

Considérations sur le cinéma français

Le cinéma français se présente comme une sorte d’exception culturelle dans le monde des arts. C’est en effet grâce aux systèmes d’aides mis en place par les gouvernements successifs que notre cinéma hexagonal parvient à durer. Est-ce en raison de cette configuration si particulière, que nos films répugnent à malmener le pouvoir ? A moins que la propension sociale, comique et sentimentale des sujets de films passent avant tout le reste.

Comment finalement ne pas s’interroger sur le fait que les cinq films français ayant fait le plus d’entrées soient tous des comédies. Le public français semble donc plus friand de franche rigolade, comme la Grande Vadrouille ou Bienvenue chez les ch’tis, que de chercher à analyser les épisodes touchant à notre passé colonial ou nos rapports avec la bureaucratie européenne. En conclusion, il semblerait que tout ce qui touche à la politique, ne soit considéré en France, qu’au travers du prisme de l’élection du Président de la République et non par le biais de scénarios de cinéma, aussi brillants puissent-ils être.

You may have missed